une contestation de plus en plus fréquente

Il y a dans notre dépar­te­ment, 139 éoliennes en fonc­tion­ne­ment ou en construc­tion. 70 autres ont été auto­ri­sées mais sont encore à l’é­tat de pro­jet comme à Poilly-​Sur-​Serein. Ces nou­velles éoliennes, Christian Taveneau, un agri­cul­teur de la com­mune, n’en veut pas : il aper­çoit déjà assez lar­ge­ment celles des vil­lages alen­tours : « Ce matin », raconte t‑il, « j’étais à l’entrée de ma cour, il y en avait 35 d’allumées. On arrive à satu­ra­tion de ce truc-​là », argumente-​t-​il, « et encore, elles sont loin. La pro­chaine elle va être à 700 mètres de chez moi. Je vais habi­ter dans les éoliennes »

“Il y a des effets sur la san­té” – Lucien Degoy, pré­sident d’EPPS

Ces éoliennes gâchent le pay­sage selon Lucien Degoy, pré­sident de l’as­so­cia­tion Environnement et patri­moine en Pays du Serein et repré­sentent un dan­ger : « Il y a des effets sur la san­té » développe-​t-​il, « c’est-​à-​dire que le bruit est par­fai­te­ment per­cep­tible, nous disent tous ceux qui sont à proxi­mi­té des éoliennes. Puis il y a la ques­tion des infra-​sons qui ont des effets sur un cer­tain nombre de per­sonnes par­ti­cu­liè­re­ment sen­sibles, mais aus­si sur les ani­maux et les élevages ».
L’association Environnement et patri­moine en pays du Serein s’in­quiète des pro­jets d’éo­liennes dans la val­lée © Radio France
– Thierry BoulantLa maire de Poilly sur Serein, Hélène Comoy ne se pro­nonce pas sur la qua­li­té du pro­jet de parc en lui-​même déve­lop­pé sur sa com­mune mais les argu­ments des oppo­sants ne la convainquent pas vrai­ment : « Allez inter­ro­ger des maires de com­munes voi­sines, qui ont déjà des mats éoliens sur leur ter­ri­toire » explique-​t-​elle, « les gens dorment nor­ma­le­ment, ils sont satis­faits et ces com­munes voient même de nou­veaux arri­vants s’y ins­tal­ler ». Et de pré­ci­ser : « Nous en 2015, quand le conseil muni­ci­pal a approu­vé la pros­pec­tion de ter­rain pour l’installation d’éoliennes, on a pla­cé notre réflexion, d’un point de vue éco­lo­gique et économique ».

Ce fameux inté­rêt éco­no­mique pour­rait rap­por­ter à la com­mune une rede­vance de 3000 à 4000 euros par mats chaque année. Ce n’est pas négli­geable. En atten­dant une enquête publique s’ouvre lun­di 23 octobre à Poilly-​Sur-​Serein et jusqu’au 23 novembre, les habi­tants de la com­mune et de celle de Sainte-​Vertu pour­ront expri­mer leurs éven­tuelles inquié­tudes sur le pro­jet qui pré­voit d’installer 5 mats sur les deux villages.

L’effet nocé­bo à la base de tout ?
« Les inquié­tudes concer­nant l’impact sur la san­té et l’environnement des éoliennes reviennent régu­liè­re­ment sur le tapis, quand un parc doit s’ins­tal­ler » explique Laurent Mahieu, déve­lop­peur d’éo­liennes pour l’en­tre­prise “WEB éner­gie du vent”. Il tra­vaille sur deux pro­jets dans l’Yonne actuel­le­ment et il a des argu­ments pour ras­su­rer le public : « ce qu’on peut répondre aux gens inquiets, c’est qu’il y a eu des études de l’académie de méde­cin qui disent qu’aucun lien néfaste sur la san­té ne pour­rait être fait entre les éoliennes et les per­sonnes ou les ani­maux vivant à proxi­mi­té. L’académie parle aus­si d’un effet nocé­bo, c’est-​à-​dire que les per­sonnes qui ont déjà une per­cep­tion néga­tive de l’éolien auront plus de mal à l’accepter après ».

Article ori­gi­nal

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.