Pourquoi les opposants au projet éolien à Cézens dans le Cantal reprennent le chemin de la contestation ?

Distribué le mois der­nier dans cha­cune des boîtes aux lettres, un dépliant édi­té par la socié­té Boralex informe la popu­la­tion sur la phase d’études ache­vée. Environnement, acous­tique, pay­sage et tech­nique glo­bale, le por­teur de pro­jet explique que les résul­tats obte­nus dimen­sionnent un sec­teur d’implantation pour six éoliennes. Des infor­ma­tions qu’attendait depuis deux ans l’association de Sauvegarde des Monts du Cantal pour mon­ter au créneau.

« Normalement, la socié­té Boralex devrait pou­voir dépo­ser un dos­sier en pré­fec­ture », explique l’opposant Mathieu Hubert. Devrait, car selon ces membres de l’association, « ça coince au niveau des che­mins d’accès aux terrains. » 

L’entreprise Boralex indique, au bas de la der­nière page du bul­le­tin d’information, : « pour la com­mune des indem­ni­tés liées à l’utilisation des che­mins ruraux sont en cours de négociation ».
Grand Format – Éoliennes : vive le vent, vraiment ?
La déci­sion appar­tient aux pro­chains élus

Le maire, André Angelvy, explique qu’il y a en effet « un droit de pas­sage de 2, 56 km à négo­cier pour pour­suivre le pro­jet. » « Mais, estime-​t-​il, on n’a pas le droit de prendre une déci­sion qui pour­rait com­pro­mettre le pro­chain conseil muni­ci­pal. » La déci­sion, émi­nem­ment poli­tique, incombe donc aux élus de la pro­chaine majo­ri­té. 
Le sujet devrait à coup sûr peser dans les débats des pro­chaines élec­tions muni­ci­pales. Ce que confirme l’un des adhé­rents de l’association, Philippe de Laroche « il y a bien sûr un enjeu municipal. »
SCOT toujours
De poli­tique, il en est aus­si ques­tion au plan de la com­mu­nau­té de com­munes du Pays de Saint-​Flour. L’actuel pré­sident, Pierre Jarlier, n’a jamais caché son désac­cord pro­fond avec le pro­jet. L’argumentation por­tant sur la pré­ser­va­tion du pay­sage est ins­crite au Schéma de cohé­rence ter­ri­to­riale (SCOT) en cours consul­ta­tion. « On espère que le SCOT pour­ra faire capo­ter le pro­jet », plaide Mathieu Hubert.
Cinq choses à savoir sur le pro­jet éolien de Cézens dans le Cantal
« On pré­fère un mariage avec la com’com plu­tôt qu’un pacs avec Boralex », conclut?Thierry Bos. Fort de cette actua­li­té, l’association de Sauvegardes Monts du Cantal, pour qui ce serait l’occasion de comp­ter ses sou­tiens, orga­nise une réunion d’information ouverte à tous, same­di 15 février à 20 heures, à la salle des fêtes. 
David Allignon

Article ori­gi­nal

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.