P.-O. – Projet éolien de Passa : pourquoi Alternatiba est sortie du bois

Le mou­ve­ment éco­lo­giste s’im­misce dans la polé­mique autour du parc de six éoliennes pré­vu sur la com­mune de Passa. Un pro­jet auquel le pré­fet vient de don­ner son feu vert mal­gré l’a­vis défa­vo­rable ren­du à l’is­sue de l’en­quête publique. 
Le pro­jet éolien de Passa, qui pré­voit l’im­plan­ta­tion de six aéro­gé­né­ra­teurs de 130 à 150 mètres en plein coeur des Aspres, fait face à une forte contes­ta­tion popu­laire. Après s’être mobi­li­sés pen­dant plus de trois ans, ses oppo­sants, fédé­rés au sein du col­lec­tif Le Vent tourne, s’ap­prêtent à atta­quer devant la jus­tice admi­nis­tra­tive l’ar­rê­té pré­fec­to­ral du 28 février 2020, qui vient d’au­to­ri­ser le projet.

C’est dans ce contexte que les porte-​parole locaux du mou­ve­ment éco­lo­giste Alternatiba ont déci­dé de s’in­vi­ter dans le débat. “On veut rap­pe­ler qu’il est abso­lu­ment néces­saire de sor­tir des éner­gies fos­siles et du nucléaire, mar­tèle Éric Le Balier. Il faut accom­plir la tran­si­tion éner­gé­tique. Et selon les scé­na­rios de l’Ademe et de l’as­so­cia­tion négaWatt, l’éo­lien doit prendre une part impor­tante si on veut y arri­ver. Si on bloque les pro­jets par­tout, ça ne va pas être possible…” 

Les éoliennes plus moches que les cen­trales nucléaires ?

Cependant, Alternatiba ne signe pas non plus un blanc-​seing aux pro­mo­teurs du pro­jet éolien de Passa. “Il est indis­pen­sable que l’im­plan­ta­tion de ces éoliennes garan­tisse la pro­tec­tion du cou­loir de migra­tion aviaire, sou­ligne ain­si l’un des autres membres locaux d’Alternatiba, Claude Bascompte. Le pré­fet a impo­sé des mesures de pro­tec­tion assez par­ti­cu­lières (web­cam, effa­rou­cheurs, etc.). On ne les rejette pas a prio­ri, mais ça mérite quand même d’être vali­dé par des essais gran­deur nature.” 

Ce qui a pous­sé Alternatiba a réagir mal­gré cette réserve ? “Les com­men­taires favo­rables au nucléaire que l’on a pu voir par­mi les contri­bu­tions à l’en­quête publique”, répond Claude Bascompte. Comme, par exemple, celle d’un Thuirinois défa­vo­rable aux éoliennes qui pré­co­nise, entre autres, de “faire confiance sur le moyen terme aux scien­ti­fiques qui tra­vaillent sur le nucléaire sans déchet”. Ou encore le cour­rier d’un lec­teur récem­ment publié dans la ver­sion papier de L’Indépendant qui évo­quait le “concours de lai­deur” entre éoliennes, pan­neaux solaires et cen­trale nucléaire en concluant : “La tour de refroi­dis­se­ment de la tranche 4 de la cen­trale de Cruas (Drôme) a, selon moi, fière allure.” Tous les goûts sont dans la nature.

Article ori­gi­nal

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.